Le sida en médecine chinoise

Le sida en médecine chinoise

     Le SIDA (syndrome de l’immunodéficience acquise) est l’évolution du VIH (Virus de l’immunodéficience humaine). C’est une IST (Infection Sexuellement Transmissible). Ce virus attaque et détruit les cellules du système immunitaire, rendant son hôte particulièrement vulnérable aux attaques du Qi pervers.

     Une fois que l’on contracte le VIH, il peut rester latent dans le corps quelques mois avant de se manifester et présenter ces symptômes, on parle alors de SIDA. En chinois, SIDA se dit « 艾滋病 » (AiZiBing) mais en raison de son taux de mortalité et de l’absence de traitement définitif on l’appelle aussi «超级癌症 » (ChaoJiAiZheng) qui signifie « super cancer ».

Comment le diagnostic-t-on?

     Les symptômes sont : des fièvres répétées, des sueurs nocturnes, de gros coups de fatigue, le gonflement des ganglions lymphatiques, un appétit instable, la diarrhée, toux ou respiration entravée, maux de gorge et déglutition difficile, et enfin divers saignements (hématomes, présence de sang dans les selles et les urines). Le patient perd du poids et peut entraîner la maladie de Kaposi. 

Et selon la médecine chinoise?

L’expérience clinique en médecine chinoise nous donne de cette maladie le constat suivant, le Qi sain du corps (正气, Qi droit) est déficient à cause d’une attaque externe de type poison consommant l’énergie yin et l’énergie de reproduction. Le mécanisme pathologique a globalement deux possibilités d’évolution: soit il évolue avec des agents extérieurs, soit il se développe seul dans les couches internes. 

     Dans le premier cas, le traitement devra mettre l’accent sur le renforcement du Qi de défense (卫气 WeiQi/ énergie Oé) et le Sang nourricier (营血). Dans le second cas, ça se manifeste par des déséquilibres yin et yang dans les organes vitaux (ZangFu 脏腑). Quoiqu’il en soit, on s’appliquera en début de maladie à renforcer le Qi sain et évacuer le Qi pervers. Et une fois la maladie installée, il est important de renforcer les reins et consolider la rate. 

     Le SIDA est une maladie relativement récente, et les traitements en acupuncture sont encore en cours d’élaboration. Les données manquent aux centres de recherche en Chine, mais les médecins chinois des pays étrangers (y compris HongKong) recensent plus de cas. Les américains sont assez avancés, ont eu l’opportunité d’étudier déjà plusieurs centaines de cas et ont collecté des données précieuses. 

     Actuellement, dans le choix des points utilisés pour le traitement, il s’agit dans un premier temps de renforcer les défenses naturelles du corps. Mais les recherches montrent que certains points ont des fonctions particulières dans la lutte contre ce virus. Par exemple, les japonais ont fait la découverte que le point 筑宾 ZhuBin / 9 Reins entravait la prolifération de ce virus, et que cette fonction était mieux activée au moxa plutôt qu’avec d’autres outils. 

     Malgré ces avancées le SIDA challenge beaucoup la médecine et les meilleurs résultats sont obtenus en combinant médecine chinoise et allopathie, car la trithérapie et MTC se montrent relativement complémentaires. 

Deux écoles de traitements 

     Une école a une approche plutôt temporelle et recense trois listes de points. La première combinaison s’utilise durant la période d’incubation du virus. Elle vise à renforcer le Qi global et combler les déficiences, dissiper les chaleurs et évacuer les poisons (virus). La seconde s’utilise quand le VIH est en train d’évoluer en SIDA. Et la troisième intervient quand le SIDA est déclaré et installé. 

     L’autre école a une approche plutôt spatial et recense deux combinaisons, la première vise le siège originel de la maladie, la seconde traite les derniers terrains gagnés par la maladie et remonte ainsi jusque’à la source.

Que dit la première école?

     On utilisera ici absolument des méthodes de renforcement et compensation. On privilégie la moxibustion pour les patients présentant un type froid et les saignements pour les patients présentant un terrain de type chaud. Un traitement dure dix à quinze séances. Le type yang/chaud fait des séances tous les deux jours, tandis que le type yin/froid fait des séances deux fois par semaine.

     Elle utilise deux séries de points qui forment la base du traitement, et des points complémentaires à ajouter en cas d’émission de chaleur, de faiblesse globale du métabolisme, de saignements, d’insomnies ou encore de douleurs. Il y a une série de points pour les patients de type yang et une série pour les patients de type yin.

     Ce traitement a été testé sur 162 patients avant validation. 24 patients ont vu leur virus devenir indétectable, sur 81 personnes l’ont vu se réduire et 57 personnes n’ont pas eu d’effets. Ce qui a été résumé à un taux d’efficacité de 75,5 %.

     A chaque séance, on ne sélectionne que 3 à 5 points principaux. Au praticien de diagnostiquer l’état des organes ZangFu et la circulation de l’énergie dans les méridiens et de choisir les points les plus adaptés à l’état du patient. La maladie peut évoluer rapidement et les points changent d’une séance à l’autre pour s’adapter aux aspects attaqués. Choisir moins de points permettra à l’énergie de mieux se concentrer, mais également d’éviter de consommer une trop grande partie du Qi mobilisable et de fatiguer le patient. Le temps de traitement doit être court et ne dépasse généralement pas 20 minutes. On utilise des méthodes de compensation, sauf dans la phase d’incubation où la compensation et le renforcement des ressources du corps doit être combinée avec des méthodes de dispersion pour évacuer le Qi pervers. Les points principaux qui ont été utilisés doivent continuer d’être stimulés au moxa après la séance. On recommande aux patients de le faire eux-même à la maison et de demander de l’aide à leur proches pour les points dans le dos qu’ils ne parviendraient pas à stimuler seuls. Il n’y a pas de critère de temps, sinon que la zone chauffée doit être bien rougie. Les points d’auriculothérapie sont stimulés plus longtemps que les autres. Ils sont stimulés jusqu’à ce qu’ils ne soient plus douloureux.

Pour quels résultats?

Les traitements ayant rendu le virus indétectable comptent 350 cas réussis. Aucun cas de rémission complète n’est connu. Les effets notés sont:

1- Les effets psychologiques: 

L’énergie du coeur est régulée, la personne est apaisée, a un esprit vif et serein. Ces effets apparaissent peu après la fin du traitement.

2- Diminution des symptômes:

Au cours du traitement, le patient retrouve de la vitalité et se sent moins fatigué. Le souffle court et les palpitations s’améliorent par jalons de manière difficilement prévisible, les insomnies disparaissent, les oedèmes diminuent et les diarrhées sont de plus en plus espacées. Le patient prend du poids, et les douleurs, ankyloses et manque de force dans les membres se dissipent. Deux cas ont vu disparaître la maladie de Kaposi au bout de deux mois de traitement. L’amoindrissement des saignements divers est souvent l’amélioration la plus visible.

3- Les patients ne subissent plus les effets secondaires des traitements allopathiques.

Comme dans la plupart des cas, la MTC est plus efficace en prévention qu’en tant que traitement lourd. Elle prévient l’évolution du VIH en SIDA et des conséquences de la chimiothérapie. 

Que dit la seconde école?

     La seconde école a également deux branches. Il y un choix des points selon la prise de terrain de la maladie et un choix de points selon le siège originel de la maladie. Dans le premier cas, on choisi les points principaux selon:

– Si le siège de la maladie se trouve dans les poumons (Qi du poumon faible et toux).

– Si le siège se trouve dans la rate (Qi de la rate faible et diarrhée).

  • En cas de dépression, déficience du yin et du Qi des poumons, déficience de la rate et excès d’humidité, obstruction des poumons et stagnation du Qi, déficience du yin du foie et des reins…

– Excès de Tan ( 谈 glaires) obstruant les voies

  • Obstruction de Tan et coagulation interne du sang
  • Accumulation de poison chaud à l’interne

– Obstruction du coeur et de l’esprit par Tan

– Déficience yin et yang des reins

Et des points complémentaires en cas de fatigue globale, transpiration nocturne, si le patient a beaucoup maigri depuis le début de la maladie et est constipé, si il ou elle présente de l’eczéma et problèmes de peau.

 

Dans le second cas, on choisi les points selon le siège originel de la maladie:

  • Déficience du yin des poumons et de l’estomac
  • Déficience de la terre (rate-estomac)
  • Epuisement de la rate et des reins
  • Excès de chaleur et Tan

     Ne sélectionner que 5 à 6 points d’une seule catégorie à la fois. En cas de déficience de la terre, faire un moxa au sel sur le nombril pendant 30 minutes. En cas d’épuisement de la rate et des reins, ajouter de la moxibustion sur 36E et 1R pendant 20 à 30 minutes. Les points sont stimulés 15 à 30 minutes une fois par jour pendant dix jours.

Pour quels résultats?

Sur 36 cas, il y a eu 36 cas de fièvre et 17 cas de dissipation de la fièvre, 34 cas de fatigue et 6 cas de disparition de la fatigue, 35 cas de perte de poids importantes et 2 cas de reprise de poids, 33 cas de transpiration nocturne et 12 cas de disparition des transpirations nocturnes, 18 cas de toux et 5 cas de disparition de la toux, 26 cas de diarrhée et 17 cas de disparition de la diarrhée,  26 cas de douleurs et ankylose des membres et 19 cas de disparition de ces symptômes. Cette approche a donc également été validée comme étant efficace.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.