Virus, microbes et bactéries

Virus, microbes et bactéries

     Connaissez-vous la différence entre microbe, virus et bactérie ? J’imagine que oui, puisque que tout le monde est devenu expert en virologie depuis le premier confinement ! 

     Pour ceux qui l’ignorent encore, le microbe, micro-organisme, est le terme désignant l’ensemble des êtres-vivants unicellulaires. Virus et bactérie sont tous deux des catégories de microbes. 

     Nous sommes remplis de bactéries, elles font partie de nous et vivent en harmonie avec nous. Elles nous aident à accomplir nos fonctions physiologiques et nous leur offrons l’hospitalité en échange. 

Elles deviennent nocives quand l’équilibre, l’homéostasie entre elles et nous, est brisé, et qu’elles pénètrent une partie du corps qui leur est interdite. Par exemple, la moitié du poids des intestins est celui des bactéries, disons qu’elles font la moitié du travail des intestins. Merci les bactéries ! Mais dans le cœur, les reins ou le cerveau, il n’y en a pas du tout. Aucune. Car si une y pénétrait, ce serai désastreux pour notre santé. Alors ce serait le combat. Le corps envoie ses anticorps et lutte jusqu’à ce que les bactéries soient repoussées ou qu’elles gagnent. Elles n’ont pourtant aucun intérêt à gagner puisque si nous, leur habitat, mourrons, elles meurent aussi ! Mais elles ne se rendent pas compte de tout ça. Elles voient une brèche, alors elles s’infiltrent. C’est bête une bactérie, mais quand on est unicellulaire on n’a pas le luxe de pouvoir se doter d’un cerveau.

     Et le virus ? Le virus ne semble pas avoir de fonction. Il peut survivre en hibernant. Mais pour vivre, alors, comme la bactérie, il a besoin d’habiter un autre être vivant. Et quand il entre dans un autre être vivant, il prolifère et il le tue. Ensuite il meure à son tour. Quel casse-tête pour la science que cette question : pourquoi, pourquoi, pourquoi le virus existe-t-il ?! Aurait-il une fonction de régulation des espèces ? Au nom de quoi si ce n’est pas pour lui-même ? 

     Et si nous étions les bactéries de la terre et que les virus étaient ses anticorps ? Quand nous vivons en homéostasie avec elle, dans le cycle naturel, nos trois piliers régénérateurs que sont manger, dormir et respirer fonctionnent à leur maximum et nous ne tombons pas malade car nous régénérons en permanence. Si nous mangeons ce que la terre produit et générons des déchets qui la nourrissent, nous sommes en homéostasie. Si nous respirons, non pas pour éviter de mourir, mais pour déployer les fonctions de la respiration (bouger les autres organes, optimiser la circulation), nous sommes en homéostasie. Si nous dormons pendant l’obscurité et que nous sommes éveillés quand il fait jour, nous sommes en homéostasie. Si nos yeux captent de la lumière très forte comme celle d’un écran alors qu’il fait sombre, nous produisons un déséquilibre. 

     Tous les médecins de tous les médecines du monde entier se tuent à le répéter : les symptômes sont des signaux d’alarmes. Les publicités qui clament « si vous avez mal au ventre, à la tête, aux articulations etc. ignorez-le et prenez (nom d’un produit) pour le faire taire et continuer d’être productif » n’ont pas notre santé pour but, mais de gagner de l’argent. 

Il serait peut-être bon, il serait peut-être temps, d’arrêter de nous défendre en disant que ce n’est pas nous, et de mûrir un peu. De dire pardon, je vais faire exprès de ne pas le faire. Pardon, je vais le réparer. De rendre notre corps en bonne santé, vivre selon le cycle naturel, en déployant nos piliers de régénération, et, par voie de conséquence, rendre à notre planète sa santé. Si elle meure, nous mourrons. Et nous, êtres multicellulaires, avons un cerveau.

En MTC les virus et les bactéries sont des Qi pervers de type Vent. Une fois qu’un vent entre dans l’organisme, la difficulté pour le faire sortir est qu’il faut ouvrir les couches qu’il a infiltré pour qu’il les retraverse en sens inverse et le faire suffisamment pour que tout le vent sorte, suffisamment peu pour qu’il n’y ai pas d’autre vent qui profite de la porte ouverte pour entrer. On remarque des symptômes de vent quand des parties du corps se mettent à trembler comme la langue ou les mains. La tête peut, elle, dodeliner.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.